Projet CoWo, outil éducatif de demain

Mettre les outils numériques au service de l’école

C’est le défi que nous avons relevé lors d’une journée dans le collège Albert Samin à Roubaix en expérimentant notre application de travail collaboratif : CoWo.

(You can find an English version of the article here)

Travail collaboratif et cartes heuristiques pour répondre aux enjeux de l’enseignement à l’heure du numérique

Le projet CoWo est une application qui s’insère dans la philosophie de TalkMap, dans la lignée de Debate en mêlant carte heuristique et collaboration au service de l’intelligence collective.

Pourquoi cette nouvelle application ? Le développement de CoWo découle d’un constat et d’une conviction. Le constat que les méthodes et les outils utilisés à l’école ont évolué de manière moins rapide que ses élèves, et que nous faisons face actuellement à la nécessité d’adapter les processus pédagogiques aux besoins d’une génération qui a grandi dans le numérique. Les enfants apprennent différemment, ils sont plus connectés, plus aptes au travail collaboratif.
Et la conviction que le numérique dispose des atouts nécessaires pour participer à la rénovation des méthodes d’enseignement, notamment en s’inspirant de deux thématiques autour desquelles nous avons développé une expertise, le travail collaboratif et les cartes heuristiques.

Ainsi, CoWo est une plateforme collaborative de création de carte heuristique, disposant de différents niveaux d’accès inspirés des rôles que peuvent jouer les enseignants et élèves dans le cadre d’un cours (spectateur/contributeur/modérateur), et d’une palette d’outils permettant l’organisation spatiale et thématique des contenus. Cette organisation souple des droits d’accès permet au professeur de laisser la parole à ses élèves, de leur laisser la possibilité d’apporter de la matière au cours (commentaires, articles, photos, documentaires vidéos) tout en gardant le contrôle sur le cours.

Aperçu de CoWo :

L’outil au service du processus pédagogique

Si une véritable prise de conscience de la nécessité d’investir dans la modernisation de l’école s’est imposée ces dernières années à travers des efforts importants en termes d’équipement dans les écoles (TBI, salles pupitres, etc.), ces outils ne débouchent malheureusement que trop rarement sur des pratiques concrètes d’enseignement, et sont trop souvent laissés au placard. Pour quelles raisons?

Principalement parce que les outils informatiques ne constituent pas une fin en eux-mêmes. Ils ne s’insèrent pas dans les schémas pédagogiques des enseignants en prenant en compte les contraintes inhérentes à l’animation d’une classe, comme par exemple maintenir le lien professeur/élève, pour ne pas monopoliser l’attention du professeur qui a la charge de surveiller et d’animer sa classe. Ils peuvent donc être contreproductifs.

Dès lors comment insérer le numérique dans les pratiques pédagogiques des enseignants sans les déstabiliser et leur demander plus de travail ? Comment préserver la relation professeur/élève et focaliser l’attention de l’élève sans qu’elle s’attache uniquement à l’outil, tout en augmentant son autonomie ?

Plutôt que de donner une réponse fermée nous avons préféré laisser aux enseignants l’opportunité de dessiner eux-mêmes les scénarii d’usages à partir de notre prototype, convaincus que c’est eux qui sont les plus à-même de dessiner l’école de demain par leur expérience.

Nous remercions les quatre professeurs qui ont participé à cette expérience pour leur implication, Dallia Boudharn, Karine Martin, Alexandre Meza et Marjorie Therby, et nous remercions particulièrement Lucas Gruez (Préfet des Études du collège Albert Samain) qui a organisé cette rencontre et a contribué à faire de cette journée une réussite.

Une journée au collège de Roubaix

Une journée avec 4 professeurs, enseignant 5 matières: Géographie, Mathématiques, Découverte Professionnelle 3h (DP3), Anglais et Allemand, pour au total 7 séances de cours d’une heure chacune.

Nous avons donc eu sept expériences, toutes différentes, mais tournées autour des mêmes enjeux :

  • susciter l’intérêt des élèves ;
  • désinhiber la prise de parole et augmenter la participation ;
  • développer leur autonomie, mais aussi leurs compétences de travail en équipe ;
  • leur donner l’occasion de co-construire le cours sous l’autorité du professeur.

Cours d’anglais et d’allemand : description respectivement d’une photo et d’un film, les élèves sont appelés à commenter et à se corriger les uns les autres. Ils sont gratifiés par le fait même que leurs commentaires sont sélectionnés par le professeur et intégré à la carte.


Description d’un film en cours d’Allemand

Cours de Mathématiques sur les probabilités : immersion dans le cours de probabilité sur les tirages avec ou sans remise à partir de vidéos YouTube du tirage du Loto, ensuite participation de la classe pour répondre aux questions : prise en charge des mauvaises réponses et mise en valeur de la bonne réponse pour augmenter la participation.

Cours de Géographie sur le Mali : travail en deux groupes : les élèves contribuent au cours en répondant aux questions posées par l’apport de commentaires, photos, documentaires et cartes : travail en équipe et recherche documentaire.


Commentaires, photos et cartes des élèves pour agrémenter le contenu du cours sur le Mali

DP3, Découverte Professionnelle 3h : appel à tous les élèves pour raconter leur ressenti et leur expérience des rencontres organisées tout au long de l’année, et répartition de ces réactions sur une carte illustrée autour des différents organismes visités.

La suite

Fort de cette première expérience, nous sommes en train de mettre en place un partenariat avec deux collèges de l’Académie du Nord pour définir un parcours pédagogique s’appuyant sur notre application à partir de la rentrée prochaine. Tout au long de ce cursus nous aurons à cœur d’affiner les cas d’usages et d’adapter les fonctionnalités de l’application aux besoins concrets et éprouvés par les enseignants pour faire de ce prototype un des outils éducatifs de demain.

Si vous êtes intéressés par notre démarche et notre outil, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Remerciements :à tout le collège Albert Samain de Roubaix, et plus particulièrement Lucas Gruez Préfet des Études, Marjorie Therby, Karine Martin, Alexandre Meza, Dallia Boudharn, Eric Maquer le Proviseur et tous les élèves ayant participé à l’expérience.

This entry was posted in Cowo. Bookmark the permalink.